Compte-rendu de la Carte Blanche à Cécile Brisac, Brisac & Gonzalez « Effets de surprise » 21 septembre à Architect@Work.

28 Sep

L’agence Brisac & Gonzalez est basée à Londres et travaille aussi bien en France et en Europe du Nord qu’en Angleterre et en Écosse. Elle a reçu de nombreux prix depuis sa création en 1999.

Cécile Brisac avait d’abord intitulé cette Carte Blanche Espace surprise et a choisi de la renommer en Effets de surprise à la relecture des projets de l’agence qui nous sont présentés.

La Halle polyvalente d’Aurillac en France.
C’est un vaste hall, opaque et avant tout fonctionnel. Il accueille des spectacles, des concerts etc…
L’effet de surprise est celui que donne la façade en panneaux de béton préfabriqués. L’agence a choisi d’y insérer des prismes de verre qui captent la lumière solaire le jour et restituent la lumière le soir par rétroéclairage. Le béton se nuance ainsi des différentes couleurs du prisme.
Une extension a depuis été construite et le principe des prismes repris sur une façade métallique formée, les fond thermolaqués avec 6 couleurs différentes et six géométrie distinctes pour retrouver les variations chromatiques des prismes en verre.

Centre d’arts visuels à Aberdeen en Écosse
Ce centre prend place dans un parc abandonné et participe à la requalification du lieu.
Le cahier des charges a beaucoup évolué en concertation avec le Maître d’Ouvrage dès les premières mises en forme. Le terrain est en pente, les bâtiments construits en partie haute le long de la rue ont une vue protégée. Le bâtiment n’émerge donc pas du sol, le parc a été entièrement remodelé de façon à recréer les courbes de niveau et à y inscrire le bâtiment.

Musée des Cultures du Monde à Göteborg en Suède.
La situation du bâtiment est à flanc d’une colline boisée qui fait face à un paysage urbain.
C’est cette façade qui aurait dû être la façade principale mais, surprise, c’est la colline qui a intéressé les architectes, beaucoup plus inspirante. Le bâtiment a donc été retourné vers la colline et ses arbres, ses différentes strates s’allégeant au fur et à mesure de l’émergence du terrain. Les parties enterrées sont en structure béton, puis en acier. Un escalier monumental occupe le centre, au coeur de la verrière et est d’ailleurs lui-même devenu un espace de spectacle.
Le programme a été retravaillé dès les premières phases, avec de vrais débats sur les usages et la fonctionnalité de ce bâtiment est véritablement issue d’un travail d’équipes avec les différents intervenants du musée mais aussi du ministère qui met à disposition ses experts. C’est une particularité propre à la Suède, qui n’aurait sans doute pas été possible en France.

À la question des méthodes de travail entre les pays européens, Cécile Brisac souligne qu’elles sont bien évidemment très différentes, le musée de Göteborg en est un exemple.

Pôle musical, Six Fours les Plages, près de Toulon en France.
Pour répondre à une situation plein sud, avec une forte lumière et une forte chaleur, le bâtiment a été créé en casquette de façon à créer une place ombragée et agrandir l’espace public côté rue qui était un peu étroit.

Centre de danse John Cranko à Stuttgart en Allemagne.
Là encore implanté sur une colline. Le contraste et l’effet de surprise se trouve à l’intérieur avec un large atrium, insoupçonnable depuis l’extérieur.

Centre sportif, ZAC Pajol à Paris, France.
Les contraintes parisiennes avec un programme figé, des dimensions imposées, la bordure en voie ferrée etc laissait à penser qu’il y avait peu de marges de manoeuvre.
Et pourtant, la voie ferrée, plein Est, est devenue un atout pour la lumière et la vue et un belvédère donne dessus.
Le RDC devient une extension de l’espace publique avec une grande transparence non seulement des façades mais aussi des cloisons intérieures, alors que le gymnase à l’étage est opaque et éclairé zénithalement par des sheds. La façade a un parement minéral avec des inclusions de résine aluminium qui créént un jeu de reflets de lumière tout au long du jour.

Grand équipement documentaire, Campus Condorcet; Aubervilliers France.
Zone industrielle plate et un programme imprécis pour ce qui concerne le nombre de livres à prévoir.
Il faut concevoir une certaine « évolutivité » des plateaux.
Il s’agit de concevoir un bâtiment public face à un parvis mais dans un contexte plutôt décousu.
Le parti a été de prévoir une façade monumentale face au parvis, un bâtiment frontal qui de décompose par paliers vers un jardin à l’arrière. Le RDC est très libre reliant visuellement les 2 espaces parvis et jardin et le visiteur peut appréhender les différentes fonctions du bâtiment depuis l’entrée, sans besoin de signalétique complexe. C’est une recherche constante de l’agence.
La bibliothèque proprement dite est un grand plateau avec des zones de lectures en périphérie le long des façades vitrées et les rayonnages au centre dans une zone décaissée de 30 cm de façon à ne pas obstruer la vue.

Enfin le dernier projet, en cours d’édification:
ZAC CLichy Batignolles à Paris France. Programme initié par Paris Habitat.
Programme complexe qui mêle logements sociaux, école et centre sportif dans un quartier très dense en pleine mutation.
Il y a bien eu un atelier avec les 10 autres architectes missionnés pour les autres lots, qui a permis de gérer les accès, les circulations et espaces de jonction, sans interférer sur l’architecture proprement dite.
Après de multiples recherches, le parti a été d’édifier deux immeubles de 50 m de façon à désenclaver l’ilôt, libérer l’angle sud, les logements bénéficient ainsi de beaucoup de lumière naturelle (3 façades). Le terrain naturel est à – 10 m de la nouvelle rue, circulations et jardins suspendus encadrent une cour d’école, les éléments du programme se superposent et les façades en béton matricé en losange alternent avec celles en briques blanches et les résilles en façades. Tous ces supports s’animent et se répondent avec les jeux d’ombre et de lumière de leur relief.
À voir en mai 2018!

Compte-rendu établi par Dom Palatchi

Pas encore de commentaire, à vous la parole!

Laisser un commentaire


4 + 9 =